Ad-Unblock, ou la culpabilisation des internautes qui osent utiliser un bloqueur de publicités

[hr_invisible]

NDLR: Ceci est un article du blogueur Frédéric Béziès (@fredericbezies), ArchLinuxien, passionné d’informatique libre d’écriture, de musique, et de plein d’autres choses.

Avant-propos: ce billet, fait suite à un premier du même auteur « Le financement publicitaire : c’est comme mettre sa tête sous le couperet de la guillotine en espérant qu’il ne tombe pas ?« ; accessible à cette adresse > http://frederic.bezies.free.fr/blog/?p=11021.

Le billet est mis à disposition sous licence Creative Commons BY-SA. Celui-ci est également consultable sur son blog > http://frederic.bezies.free.fr/blog/?p=11268.

En complément je vous invite à lire d’autres articles comme ceux de Next Inpact à ce sujet, visible ici, ou . Ou encore ceux des blogueurs comme Nikopik, ici ou Ploum, .

Bonne lecture !

[hr]

lavagepub

La pollution publicitaire publicité est devenue si omniprésente que par réaction, de plus en plus d’internautes répliquent avec les bloqueurs de publicités.

Dans un article de mars 2014, je montrais que les publicités pouvaient induire en erreur les internautes et mettre en cause la sécurité de leur installation informatique.

Il était marrant de voir à quel point la gangrène publicitaire est arrivée à contaminer les sites d’informations et les blogs qui se veulent retransmettre l’actualité de leurs domaines. Au point qu’on en arrive à des articles parodiques sur la blogosphère de la mode qui est rongé jusqu’à l’os par le cancer des articles sponsorisés.

J’ai déjà exprimé le fait qu’un site d’actualité qui commençait à vivre en partie de la publicité est un site dont on pouvait douter plus ou moins profondément de leur niveau d’indépendance ne serait-ce pour une critique correcte des produits dont ils parlent.

C’est vrai, qui oserait mordre la main qui vous nourrit ? Qui irait critiquer un produit alors que l’annonceur du dit produit vous fait vivre en partie ? Qui scierait la branche sur laquelle il ou elle est assis(e) ?

Donc pour combattre le fait que les internautes qui en ont assez de la torture rétinienne que constitue certains sites non filtrés, des technologies ont été développées pour dire aux internautes que ce sont des vilains utilisateurs qui vont tuer les sites qu’ils visitent.

En clair, la politique d’Hadopi sans envoi massif de courriers électroniques, mais par l’affichage d’un bandeau qui joue dans la culpabilisation « soft ». Ad-Unblock, dont la page d’accueil annonce que les bloqueurs de publicités font disparaître 23% des revenus publicitaires selon un site qui propose un outil de culpabilisation soft. Pourquoi pas 99% tant qu’on y est ? Mais le problème n’est-il pas de dépendre uniquement ou en grand partie d’un seul moyen de financement ?

14259976616_e9e282be11_z

 

Résultat des courses ? Sur les sites avec ad-unblock et sa soi-disant pédagogie on se retrouve avec un placard dont la couleur est parfois celle qui pourrait ressembler aux évacuations intestinales d’une personne souffrant de gastro-entérite. Pas très agréable.

Cependant, la course aux armements étant ce qu’elle est, Adblock a répliqué en bloquant les anti-bloqueurs avec une liste dédiée, même si elle a besoin d’être raffinée par les apports des utilisateurs.

Une vidéo valant mieux que mille mots, voici donc la culpabilisation soft en action.

 

La guerre est déclarée, et les anti-bloqueurs n’ont pas compris, à mon humble avis de vieil internaute qui a connu la pollution des pop-ups, que c’est une guerre qu’ils perdront à coup sûr.

Des publicités sur un site commercial et de vente comme la Fnac ou Price Minister, je ne vois pas le problème. Mais sur un site qui se veut d’actualités et d’information, désolé, ça ne passe pas !

Car le contenu sera sujet automatiquement ou presque à caution.

Dès qu’un site me lance un tel placard en pleine face, c’est un site qui ne mérite plus que j’y aille y chercher des informations. La toile est assez grande pour trouver des sites qui m’apporteront les mêmes informations sans me faire du chantage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *