[Timelapse] Hyper timelapse GTA V (crossroad of realities)

[hr_invisible]

Un timelaspe original sur GTA V. L’œuvre s’inscrit dans le cadre d’un projet artistique du québecois Benoit Paillé.

J’avais fait récemment une playliste de Timelaps sur GTA V. Elle est visible ici (:

VIDEO

MAKING-OF

[hr_invisible]

Description du projet

Cette se?rie photo est une re?ponse a? la multiplication des projets photo qui traitent des espaces virtuels,
En tant que fabriquant d’images, un me?me regard se porte sur les espaces qui m’entourent; re?els ou virtuels. Je me sers de l’image pour communiquer ma perception de ceux-ci.

Ainsi, je ne crois pas a? la photographie comme me?dium de retranscription du re?el, mais comme un outil de cre?ation pure pour exprimer sa vision du monde. Avec ce projet, je veux me?ler deux re?alite?s distinctes en une seule image.
Montrer que l’on peut utiliser un espace virtuel dans la cre?ation photographique. Approcher ces espaces avec la me?me sensibilite? que les espace re?els.

Faire cohabiter les deux de fac?on inde?tectable, grave aux repre?sentation en 3d contemporaines s’approchant de plus en plus d’un rendu mime?tique de la re?alite?. A? travers une errance dans le jeux vide?o GTAV sans autre but que la fla?nerie, j’explore cet univers immense comme je le ferai d’une nouvelle contre?e lors d’un voyage. Les moments quotidiens, la recherche de la belle lumie?re, le soucis du cadre mais aussi tout comme dans ma pratique de la photographie «classique» une certaine spontane?ite?, l’attrait pour le tre?s spectaculaire ou l’e?trange beaute? de la banalite?, le tout dans un univers entie?rement cre?e? par les mains de l’homme. Ce qui pose aussi la question suivante : est-ce que je peux m’approprier la paternite? de cette cre?ation ou appartient-elle aux cre?ateurs du jeu ?

La cre?ation photographique est-elle toujours valable si son sujet est lui-me?me une cre?ation humaine ?
J’ai photographie? avec mon 5dMarkII l’e?cran de mon te?le?viseur avec rigueur : Cadrage, patienter jusqu’a? avoir la bonne lumie?re, avec aussi du repe?rage en marquant les endroits inte?ressants de la carte au GPS pour pou- voir y retourner quand vient la bonne lumie?re et le bon climat. Puis un petit traitement par Lightroom comme je le fais toujours, et impression en tre?s grand format (plus de deux me?tres de haut). Je place alors le tirage en studio, je le rend lumineux par un dispositif d’e?clairage et je place devant lui les mains d’une personne mimant avec un appareil la prise de vue, que j’e?claire de manie?re identique que s’il avait fait partie de la prise de vue (me?me ambiance, direction des ombres, couleurs des lumie?res, intensite? , densite?).

Je cre?e? ce processus de mise en abyme pour questionner la distorsion de la re?alite?, notamment au travers de la photographie et de ses proprie?te?s techniques (les hautes lumie?res, le bruit et la distorsion des couleurs), ainsi que les rapports entres espaces re?els et virtuels qui sont de plus en plus pre?sents dans notre quotidien, avec les te?le?viseurs, smartphones, tablettes et ordinateurs, leur multiplication.

[hr_invisible]

Benoit Paillé

Source : Kotaku

[hr_invisible]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.