La veille et Twitter ou Twitter et la veille.

Un veilleur sur twitter sachant veiller, doit savoir veiller sans son logiciel de veille


L’intro qui claque.

Depuis maintenant une année environ, une nouvelle catégorie d’utilisateur est arrivée de manière visible sur Twitter à savoir les veilleurs (ou sentinelles). Simple partie visible de l’iceberg nommé « veille ».

Certains parmi eux sont très actifs, et globalement, le veilleur publie majoritairement des liens. Il partage également sa veille avec les personnes qui le suivent (des clients, familles, connaissances, ami(e)s…) Ni plus ni moins.

L’aspect commun avec les veilleurs est qu’il n’y en a pas. Tout les veilleurs font leur quêtes de manières plus ou moins différente avec parfois les même outils. Seulement c’est leur propre technique de veille qui va ressortir, et, qui fera LA différence.

Si ça se trouve vous faites de la veille sans même vous en rendre compte 😉

p.s : ce billet n’est en aucun cas d’une manière ou d’une autre, représentatif de ce que pourrait-être réellement la veille. L’opinion n’engage que son auteur. Enjoy !

La « veille »

Plusieurs définitions existent pour définir la veille. Je laisse le soin aux « spécialistes » pour vous l’expliquer plus en détail.

Dans ce cas précis (en l’occurrence ici ceux qui veillent sur twitter pour la partager) cela consiste simplement à surfer normalement. Sauf qu’en plus, une fois visionné le contenu, et, que (selon vos critères) vous ayez déterminé ce que vous venez de voir comme « intéressant » vous le partagez/diffusez, à ceux qui vous suivent !

TWITTER

Twitter est très vite apparu comme un outil très simple et puissant.

Comme la plupart d’entre vous le savent, ce n’est ni plus ni moins qu’une caisse de résonnance virale, aussi dangereuse que le H1N1. Beaucoup de « bruit » pour au final pas grand-chose.

En tant que simple lecteur d’un « flux » ou utilisateur, le fonctionnement de cet outil de micro-blogging (petit blog) ne va guère vous intéresser. Car après quelquse heures lors des premières utilisations, peu de personnes y trouvent un  intérêt quelconque. Néanmoins après persévérance tout ça sera aussi clair que l’eau du lac d’Annecy.

Dans mon cas personnel, je considérais (lors de mon inscription sur ce réseau) twitter comme un « simple vecteur d’information supplémentaire » capable de me délivrer une information un peut plus intéressante voir pertinente (comme le fait l’excellent plugin pour FireFox « Red Panda ») que la soupe qui nous est donnée par les différents groupes de médias traditionnels.

Je suis donc parti dans l’idée de m’en servir comme mon SPIS « Social personnal information support » (ma petite radio quoi), j’ai alors commencé à suivre beaucoup d’agence(s) de presse, journaux, tv, radio, médias, journalistes etc…. Plus mon nombre de following augmentait, plus la pertinence de mes infos l’était.

Cela dit oui, au départ j’étais littéralement « noyé » sous un flux d’informations (parfois similaire qui plus est) d’où l’intérêt de diversifier vos sources qui se complémenteront par la suite.

Etre ou ne pas être noyé, telle est la question. En même temps on vie dans une monde noyé dans l’information, à votre charge d’apprendre à l’ingurgiter et obtenir le nectar voulu. Rome ne s’est pas faite en un jour, ça tombe bien Twitter non plus.

Après une année environ de tweets avec un rythme pour le moins «intensif » j’ai réalisé toute la puissance qu’avait twitter dans le ventre. Voici quelques anecdotes étonnantes :

  • En train de parler d’Assurance et de faire un peut de mauvaise pub à ma Mutuelle car hotline saturée… 6 Heures plus tard, le compte de ma mutuelle me suivait ! Alors elle ne ma pas répondu, mais elle à remarquer une information la concernant.
  • Pouvoir envoyer de manière simple et rapide des documents à des journalistes pour enquêtes sans avoir à se casser la tête pour trouver son adresse email exact.
  • Avoir « enfin » un humain qui vous répond quand il s’agit de grosse compagnie, quand une simple question vous trotte dans la tête. Et c’est GRATUIT
  • Se rendre compte que dès lors que vous commencez à titiller une marque, société, PME/PMI  etc… Et que si celle-ci s’investit sur internet, voir qu’elle réagit (de la bonne ou mauvaise façon peut importe. Elle a réagi ! (vous comprenez bien la nuance ?)
  • Pouvoir rencontrer plein de geeks ou personnes ayant les même centre d’intérêts sur sa région ! Même de mémoire, que ce soit sur Caramail, les forums, ou Facebook, j’en ai jamais fait autant par le biais d’un outil social.

Conseil(s) d’utilisation – Etre ou avoir

Si je devais vous donnez un conseil pour twitter le voici : Faites-le au feeling ! N’écoutez pas les experts vous disant d’avoir un super ratio de la mort qui tue ou d’avoir le plus prestigieux des twittos parmi vos followers (les utilisateurs qui vous suivent), dire bonjour (ou pas), faire ou ne pas faire de #FollowFriday (aka le #FF)….  Ca n’a aucune importance !!! Etre ou avoir, à vous de choisir.

Qu’importe d’avoir beaucoup de followers, ou grosse audience dantesque. C’est secondaire. L’impact vient simplement du fait de s’adresser à la bonne personne et bon moment. Tout est là.

Ca fait tâche hein ? Non pas vraiment en fait, au risque de me répéter, l’utilisation de twitter dépend de ce que vous en attendez (ce que vous voulez en faire si vous préférez). Vous pouvez très bien être un simple lecteur passif.

Si toutefois vous voulez passez dans le coté obscur, en devenant  un « actif », alors oui certains us et  coutumes sont de mises : COMME PARTOUT. Cependant devenir actif requiert un temps colossal loin d’être négligeable.

Mais il ne faut absolument pas que cela change votre quotidien. Il faut nécessairement dans le meilleur des cas que vos tweets reflètent votre personnalité. Pourquoi est-ce si important ? Simple comme une citation « chassez le naturel il revient au galop » et c’est encore plus frappant ici. A la différence d’IRC, MSN, Facebook, Skype… Notre cerveau apporte un autre type d’attachement lors de la lecture des tweets. Vous aurez  un rapport différent, le sentiment d’être plus proche sans l’être réellement. Etrange non ?

Faites comme d’habitude, et, apprenez en observant. Si du jour au lendemain vous devenez célèbre, c’est cool pour vous. Mais l’apprentissage n’aura pas fonctionné, ni la « magie* » de Twitter. On apprend à se servir d’un outil qu’avec le temps et non pas en claquant des doigts.

(*oui c’est magique une fois compris).

Tout va très vite aujourd’hui. Et alors ? Votre cerveau lui n’a pas bougé.

On vous met la pression ? Apprenez simplement à relativiser et identifiez ce qui est « réellement » important. Plus facile à dire qu’à faire ? Certainement je plaide coupable votre honneur. Simplement ne repoussez pas ce que vous pouvez faire maintenant au lendemain.

Et puis si des personnes prennent le temps de vous expliquer « comment ça marche », un réflexe humain appelé la «politesse» : on remercie ses pairs. Ici tout le monde s’entraide, la destruction existe mais ce n’est pas schéma dominant, c’est aussi pour ça que twitter est « différent ».

Si une personne que vous suivez ne vous intéresse plus. Et bien STOP ! Désabonnez-vous ! Parfois, certains followers vous font des reproches…. S’ils ne sont pas contents qu’ils aillent voir ailleurs ! Diantre ! Du vent ! Vous n’avez aucun compte à rendre. Pourquoi s’obstinez à suivre un compte quand on ne l’apprécie pas ?

La Structure avec hyperbole

140 caractères c’est peut et beaucoup. Pensez court, ne tournez pas autour du pot, droit au but, cash. Soyez bref, précis et instantané comme le café 😉
Voici les principaux cas de figure rencontrés lors de la rédaction d’un tweet

  • 1) MESSAGE
  • 2) MESSAGE + LIEN
  • 3) MESSAGE + LIEN + SOURCE
  • 4) MESSAGE + LIEN + SOURCE + Intermédiaires

Dans le quatrième cas, ca peut paraître beaucoup, et pas vraiment épuré mais ca donne plus de détails à votre tweet. Anodin ? Pas tant que ça, dans la jungle des tweets, tomber sur un tweet comme celui-ci, c’est une pépite ! Tout est dedans  Le travail de vérification étant déjà en partie effectué, votre rapport confiance/qualité est plus grand à son propos.

Qui dois-je croire ?

Personne et encore moins celui que vous demande de lui faire confiance ^___^

Suivez votre instinct ! Foncez au flair !

Twitter c’est un peut comme partir à la pêche, on prépare nos appâts (ici les avatars sexy, les tweets accrocheurs, les 1001 façons de faire la lessive etc…) ensuite on lance la canne dans la rivière de flux. On observe, dès que ça mord les ours (logiciels de veille) vous feront remonter les tweets qui vous intéressent. Ca le fait non ?

Comme ici tout est petit, court, le seul conseil que je vous donnerais : faites « sobre » épuré quoi. Ca correspond parfaitement avec l’outil.

Oubliez ce que je viens de vous dire ===>>>

Faites-le avec votre style.

Quel intérêt ?

L’intérêt de faire de la veille (quelque soit la thématique souhaité) sur le long terme et sur des sujets bien précis ; vous donne l’expérience, la connaissance des sujets sur tout les échelons. Les problématiques à venir ; et voir avec le temps, réussir à identifiez l’étincelle qui fera toute la différence parmi tout le monde.

Comprendre le cycle de l’information est capitale dans l’environnement actuel.

Les meilleurs veilleurs ne sont pas les meilleurs diplômés bien au contraire. Les meilleurs « profils » pour travaillez dedans, sont (à mes yeux) les documentalistes & les journalistes, voir dans certain cas des blogueurs connaissant l’environnement dans lequel ils évoluent. Tout élève ayant une masse énormes d’informations à traiter et surtout à réussir à vulgariser ou raccourcir sera aussi parfait pour le job.

Apprenez à « ouvrir » votre esprit. Laissez-le vagabonder au fil de vos idées, de liens en liens, faites le vide. Un seul critère : être curieux. C’est l’élément de base, ici la curiosité n’est pas un vilain défaut, mais une qualité hors-pair et indispensable.

Avec la banalisation des Flux RSS* de partout, nous avons gagnez un gain de temps considérable. Profitez-en ! Des outils comme Netvibes, iGoogle, RSSowl, Thunderbird font amplement l’affaire ! Si après vous voulez aller plus loin, oui certains outils payants (comme Digimiend) peuvent être une bonne « option » mais c’est excessivement cher. Lais LA meilleure option résidera dans les personnes qui maitriseront ces outils, ce sont eux LA clé.

Etre bien informé est bénéfique pour vous, ne serait-ce que pour votre tranquillité. Oui, une fois que vous pensez être bien informé alors tout va changer. Vous serez plus serein car l’information sera à votre image, selon vos critères.
Mais rien est acquis, tout peut changer très rapidement, c’est internet après tout, une sacré chimère. N’importe quel signal faible peut devenir fort et vice-versa du jour au lendemain.

Les identifier requiert : temps, patience, observation, recul, analyse, rigueur et… et…. Curiosité.

Bien souvent les veilleurs sont avant-gardistes par nature.

La veille en elle-même ne date pas d’hier, et oui, une journaliste par exemple spécialisée dans le domaine de la santé, fait de la veille en permanence pour alimenter ses chroniques. C’est vieux comme le monde. Les moines étaient également des veilleurs. Leurs rôles différent selon les époques.

La veille est liée à l’information et inversement.

Au final 🙂

La veille est tant que telle, se révèle donc une puissante méthode pour acquérir informations et savoir très rapidement, à votre charge ensuite d’analyser correctement. Un bon veilleur pourrait avec beaucoup d’années d’expériences travailler dans une ThinkTank (si ce n’est déjà le cas) voir faire du lobbying (bien qu’au final, la veille en est une forme de préquel)

Mais difficile de prévoir ou anticiper les tendances sur internet sur le très long terme.

A l’instar de Facebook et autre média(s) sociaux, twitter va rester (ou son modèle tout du moins), car parfaitement adapté pour tout ce qui est téléphones portables, Smartphones etc…

L’avenir est là : Le web mobile, la fameux web3

Si vous débutez sur Twitter, accrochez-vous c’est assez hardcore au départ, mais après compréhension de la bestiole vous allez rugir 🙂  C’est fun, et quand la baleine n’est pas là, vous aurez de bonnes sensations. J’évoquerais plus tard le cas Tumblr assez similaire niveau addiction.

C’est ça le web 3.0 à mon sens ^__^ > LA MOBILITE, le web ENFIN accessible de PARTOUT. Même les pays en développement y auront accès et à partir de maintenant TOUT prendra une autre dimension.  Prêt ? Alors Wait&See.

Cordialement,

Sir.chamallow, veilleurs d’infos de la génération digitale.
http://www.veilleurs.info
sir[at]chamallow[dot]com

Veilleurs.info by Sir.chamallow est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Vous êtes libres :

* de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public

Selon les conditions suivantes :

* Paternité — Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’oeuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’ils vous soutiennent ou approuvent votre utilisation de l’oeuvre).
* Pas d’Utilisation Commerciale — Vous n’avez pas le droit d’utiliser cette création à des fins commerciales.
* Pas de Modification — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette création.

4 thoughts on “La veille et Twitter ou Twitter et la veille.

  1. I Like !

    ah mince, trompé de média.

    Article vraiment sympathique à lire, bonne introduction à Twitter. Ca donne fraiment envie de se faire un compte.

    Par contre le coup de la marque qui te follow à l'énoncé de son nom, c'est plus souvent des gros bots, ou des mass follow, que des entreprises qui veulent se renseigner sur l'impact de son "nouveau" produit.

    Effectivement, je pense comme toi, Twitter, va devenir le roi des média sociaux grace a sa "simplicité" permettant un usage facile depuis son phone.

    Bon, je retourne sur Twitter.

  2. Un billet très juste. Merci Pierre pour ce beau parallèle (Veille+ Twitter) que tu nous propose là.

    Je rejoins complètement tes conseils que je recommande à mon tour.

    Selon moi, le veilleur lambda ou chevronné se doit de bien paramétrer sa veille (tableaux de bord personnalisés par mots clés/ source) pour échapper aux flux de futilités et de redondances d'infos qu'on trouve sur Twitter. Pour ma veille perso, j'utilise Netvibes, il convient à mon besoin actuel mais pour aller plus en profondeur, les outils payants restent indispensables.

    Twitter est entrain de rentrer dans nos mœurs, il serait intéressant d'observer les tendances et d'en tirer les meilleures pratiques. Affaire à suivre donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.