Twitter en classe

Twitter en classe: Bilan(s) d’une année d’expérience en classe

1 ère EBAUCHE DE BILAN NON EXHAUSTIF ET NON DEFINITF

LEVIERS pour l’apprenant:

Twitter favorise la production d’écrit.Le support est atypique, l’élève ne se pose pas en situation classique de production d’écrit. Le support est attractif, apparaît ludique.

http://twitterenclasse.tumblr.com

[Produire de l’écrit de façon ludique: http://frompennylane.blogspace.fr/2176129/La-coupe-du-monde-les-revisions-du-bac-et-Twitter/ ]

L’élève s’approprie facilement cet espace d’écriture l’imaginant plus libre, moins restrictif qu’un support classique (copie, tableau..). L’espace est pourtant balisé de règles strictes. Le support prend dès lors son importance: l’élève produit un écrit, respecte les règles mais rompt avec un contexte strictement scolaire.

[charte d’utilisation de Twitter :   http://frompennylane.blogspace.fr/2111462/Charte-d-utilisation-de-Twitter-avec-une-classe/ ]

La limitation à 140 caractères doit être un atout: l’élève apprend à écrire de façon concise, organisée, réfléchie tant dans le fond que dans la forme. La recherche du mot clef permet la transmission de l’information telle que l’impose le réseau social et globalement la société actuelle. L’apprentissage de la prise de notes (lorsque l’élève tweete en classe) est accru: rapidité, efficacité, lisibilité de l’écrit.

Puisque média public, Twitter incite l’élève à perfectionner son orthographe, sa syntaxe et son expression. Il est amené à reprendre et corriger ses tweets quand nécessaire. L’élève n’écrit pas pour lui ou “uniquement” pour l’enseignant. Il sait être lu par tout son réseau qui peut être élargi bien au delà du groupe-classe ou de l’équipe pédagogique par le jeu des abonnements ou des RT.

  • Twitter place l’élève dans un contexte différent de communication: Qu’il soit synchrone ou asynchrone, en classe ou hors temps de classe, l’usage de Twitter permet d’activer un canal de communication pour les élèves qui n’osent ou peuvent s’exprimer à l’oral dans le contexte du groupe classe. L’élève s’exprime plus facilement via un média qu’il pose à la frontière de l’oral et de l’écrit, qui lui convient par la brièveté (140 caractères) imposée, et qui lui est familier dans le fonctionnement (associable à Facebook).

[Favoriser la communication, rompre l’isolement: http://frompennylane.blogspace.fr/2090140/twitter-en-stage-casser-l-isolement-de-l-eleve-favoriser-la-mutualisation/ ]

  • Twitter place l’élève au centre de son apprentissage: L’enseignant n’est plus le seul à apporter matière au cours: L’élève devient acteur en apportant lui aussi de la matière au cours et en interagissant sur les savoirs, sur les compétences.

[exemple de séquence en classe intégrant l’usage de Twitter: http://frompennylane.blogspace.fr/2114176/Twitter-pour-favoriser-l-interactivite-et-pour-evaluer-l-eleve/ ]

  • Twitter est agrégateur de savoirs: l’élève apporte des savoirs, en cherche de nouveaux, les enrichit, propose des pistes de réflexion. Il n’est dès lors plus consommateur du cours, du savoir mais interagit en les exploitant.

[L’élève acteur et pourvoyeur de savoirs: http://frompennylane.blogspace.fr/2007372/L-eleve-acteur-et-pourvoyeur-de-savoirs/ ]

  • Twitter est vecteur de mutualisation de compétences et de savoirs de l’élève: ce qu’il apporte est lu, mutualisé à l’ensemble du groupe-classe. Sa production d’écrit n’est plus restreinte au seul « tube » vertical enseignant-élève. L’ensemble du réseau lit, interagit sur cette production. L’élève ne travaille plus uniquement pour lui, pour l’enseignant ou pour « la note » mais met ses savoirs et ses compétences au service du réseau dans lequel il s’inscrit. Il apprend que son écrit a une portée large puisque lu parfois même au delà du réseau propre à la classe. Il apprend aussi que son écrit peut avoir une valeur mais qui ne sera pas évaluée par une note. La production d’écrit de l’élève est de ce fait valorisée par le réseau étroit ou élargi.

[Interaction avec un réseau élargi : http://frompennylane.blogspace.fr/1995962/Twitter-en-classe-echanges-avec-des-etudiants-chinois-FLE/ ]

  • Twitter implique l’élève dans son apprentissage. Parce que le canal est atypique, l’élève ne se pose pas en situation classique d’apprenant. Il souhaite faire partie du réseau et surtout pas s’en sentir exclu. C’est le propre de l’adolescent mis au service de la pédagogie.
  • Twitter est vecteur d’apprentissage ou de consolidation d’apprentissage de règles pour l’élève: Règles d’expression et règles de communication. L’élève apprend qu’un réseau social peut être un espace de travail, de réflexion, une vitrine officielle de ses savoirs et compétences: Dès lors, le codage est nécessaire, obligatoire pour activer une communication efficace et performante. L’élève apprend que le réseau social n’est pas uniquement un espace dédié à la vie privée peu ou mal régi. Il se construit dès lors une mémoire numérique positive associée à son nom, son image et à ses compétences

[construire une mémoire numérique positive: http://frompennylane.blogspace.fr/2162778/Construire-sa-memoire-numerique/ ]

Source : http://twitterenclasse.tumblr.com/post/982612811/twitter-en-classe-bilan-s-dune-annee-dexperience-en

*** TEXTE SOUS LICENCE CREATIVE COMMONS ***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.