HDMImi

NDLR : Mon billet repose sur quelques extraits de la fiche HMI de Wikipédia, consultable à l’adresse https://fr.wikipedia.org/wiki/High-Definition_Multimedia_Interface (comme d’habitude le tout sous licence Creative Commons BY-SA) et sur ma sublime prose avec du grammar-godwin. Me voilà donc décider à vous expliquez le petit monde du HDMI.

p.s: l’article inclus beaucoup de « je »

HDMI_-_logo

L’histoire de ce billet réside dans le fait que j’en avais marre de voir plusieurs versions de ce câble sans comprendre les différents changement. En effet pour moi simple mortel et adepte du bon vieux péritel & RCA, ce HDMI sonnait comme le nom d’un viking écoutant du métal.

Pour faire simple, un câble HDMI n’est rien d’autre qu’un câble DVI capable de gérer le son, le tout avec une bande passante un chouilla plus élever, ni plus ni moins et un signal « protéger ».

Hors-Sujet: je reconnais que la fiche est plus costaud que le DVI et surtout bien plus petite. Le détrompeur étant en plus, simple à rentrer dans la fiche mais j’ai souvent remarquer que même si les câbles HDMI sont plus lourd que les VGA ou DVI ils ont une sacré tendance à être assujetti à la théorie de Newton 😉 sur ma carte graphique. Et de-facto à diminuer la durée de vie du port en question, car un jeu plus important se produit dessus. Ajouter à cela qu’ils ne sont pas franchement très malléable… Tout comme les petit câbles SATA ou eSATA, (dont la connectique est bien trop fragile à mon goût). C’est d’ailleurs pour répondre à cette problématique que sont sortie dans le commerce des connecteurs avec un angle de courbure de 90°.

Si les constructeurs (initiée au départ par un consortium comprenant Hitachi, Matsushita, Philips, Silicon Image, Sony, Thomson & Toshiba) on adopté (ou plutôt imposer) massivement ce format au près du grand public; c’est pour la simple et bonne raison que le signal est numérique (à la différence du VGA qui lui est analogique). Et qu’il permet d’inclure de l’image et du son le tout compresser et surtout, surtout PROTÉGER. En effet ce standard inclus dans ses spécifications le HDCP. Une belle merde (soyons honnête) car il s’agit tout simplement là d’un DRM hardware permettant notamment de restreindre l’usage, en interdisant la copie numérique directe (vidéo ou audio). Et son exploitation requiert une licence d’utilisation (industrielle) ! Il faut également que les fabricants aient ajouté le composant nécessaire permettant de le lire (la plupart des cartes Nvidia sont compatibles). A la différence du standard VGA qui lui est ouvert. Pourquoi à votre avis, un écran dans le commerce (écran tv ou pc) est plus cher (bien souvent) quand celui-ci dispose d’un port HDMI en plus ? Bingo il s’agit de la taxe/DRM/licence HDMI 🙁 et oui, et sur certains modèles la différence de prix est loin d’être négligeable.

Le cas le plus intéressant est surement celui de la PlayStation3 de SONY. Dès lors qu’un signal ( Jeux, films au format DVD) sort dessus en numérique par le câble HDMI, et même si d’ailleurs ces médias n’ont pas vraiment de raison d’être protégés par le HDCP; ils le deviennent de fait. Eh oui car la  protection intervient dès le départ de signal… Voilà voilà… :/

Je terminerais par ceci: si nous voulons vraiment un bon signal numérique, le plus clean possible avec un vrai débit de bûcheron, et bien l’idéal serait un standard (ou pas) ou le signal vidéo passerait par une fibre optique (déjà possible pour le son avec le connecteur S/PDIF Toslink de Toshiba, datant de 1983 quand même… Le nom générique est EIAJ optical) car le signal serait imperméable aux perturbations électromagnétiques (aka les courants induits). C’est d’ailleurs déjà les cas dans les nouvelles baies/switchs informatiques des datacenters, où les câbles ethernet sont progressivement remplacer par leur équivalent en fibre optique, plus rapide, plus fiable et moins gourmand au niveau ressources & électriquement.

HDMI

HDDMMIIIIIIIIIIIIIII (cri d’une prise hdmi femelle) 

-> La définition : Le High Definition Multimedia Interface (HDMI) (en français, « Interface Multimédia Haute Définition ») est une norme et interface audio/vidéo totalement numériquepour transmettre des flux chiffrés, principalement non compressés et destinée au marché grand public. Le HDMI permet de relier une source audio/vidéo DRM – comme un lecteur Blu-ray, un ordinateur ou une console de jeu – à un dispositif compatible – tel un téléviseur HD ou un vidéoprojecteur.

-> Bon à savoir:  Une des façons d’augmenter la longueur limite est d’augmenter la section des fils de cuivre, diminuant ainsi l’impédance. Un câble AWG 24 est considéré comme meilleur qu’un câble AWG 28. Le standard HDMI est également un standard délicat, car la transmission des signaux s’effectue par quatre paires de conducteurs symétriques 100 ohms. L’intégrité de chacun de ces signaux est très importante pour atteindre simultanément, en phase, le récepteur. Sur des câbles de haute qualité, on peut trouver des conducteurs AWG 24, isolés en PTFE (également appelé Téflon ou polytétrafluoréthylène). A proximité d’un transformateur électrique puissant (400 000 volts) par exemple, le blindage du câble doit être de très haute qualité (enfin qui habite à côté d’un tel transfo ? C’est plutôt dans le cadre d’une utilisation « pro » comme la surveillance d’un local électrique haute-tension j’imagine)

-> Les différentes versions: Les appareils sont fabriqués pour adhérer aux différentes versions de la spécification, où chaque version reçoit un numéro. Chaque version de la spécification utilise le même type de câble, mais augmente la bande passante et/ou la capacité de ce qui peut être transmis dans le câble. Un produit ayant telle version ne signifie pas nécessairement qu’il aura toutes les fonctionnalités qui sont répertoriées pour cette version car quelques fonctionnalités sont facultatives tels que Deep Color et xvYCC. Les grosses évolutions se font à partir des versions 1.3 (procurant un flux audio de très haute performance — sans perte de qualité (lossless) — pouvant exploiter les formats Dolby TrueHD ou DTS-HD Master Audio) et 1.4 (qui permet désormais la transmission de la 3D full HD (1080p). Voici la liste des versions:

HDMI 1.0 (spécification initiale, publié le 9 décembre 2002)

  • Une seule interface de connexion pour la transmission audio et vidéo ;
  • Une bande passante de type TMDS de 4,9 Gbit/s maximum
  • Spécification Vidéo basée sur DVI 1.0. 480i/p, 576i/p, 720p, 1080i. Audio : Dolby Digital, DD EX, DTS, DTS ES, DTS 96/24, PCM 192/24 7.1 canaux.

HDMI 1.1 (publié le 20 mai 2004)

HDMI 1.2 (publié le 22 août 2005)

  • Ajout du support pour un bit audio utilisé sur les Super Audio CD, jusqu’à 8 canaux ;
  • Disponibilité des connecteurs HDMI de Type A pour les équipements informatiques ;
  • Capacité à un ordinateur de conserver son espace de couleur sRGB quand il envoie son flux à une TVHD qui cependant garde son espace de couleur YCbCr ;
  • Prise en charge des sources à basse tension ;

HDMI 1.2a (publié le 14 décembre 2005)

  • Spécifications des fonctions CEC (Consumer Electronic Control) ;
  • Conformité CEC ;

HDMI 1.3 (publié le 22 juin 2006)

  • Augmentation de la bande passante sur un simple lien HDMI de type A à 340 MHz (10,2 Gbit/s) ;
  • Support du Deep Color avec 30-bit, 36-bit et 48-bit sRGB ou YCbCr comparé au 24-bit sRGB ou YCbCr dans les précédentes versions HDMI ;
  • Prise en charge d’un espace de couleurs 1,8 fois plus large que le sRGB : xvYCC ;
  • Fonction Lip-sync pour une synchronisation automatique de l’image et du son ;
  • Support du Dolby TrueHD et DTS-HD Master Audio, format compressés sans perte de qualité des disques Blu-ray et HD DVDs ;
  • Câble de catégorie 1 et 2 définis. Câble de catégorie 1 correspond à une fréquence pixel max. de 74,25 MHz tandis que la catégorie 2 correspond à une fréquence pixel max. de 340 MHz ;
  • Disponibilité d’un nouveau mini-connecteur de Type C pour appareils portables ;

HDMI 1.3a (publié le 10 novembre 2006)

  • Modification du câble et de la fiche de type C ;
  • Recommandations de terminaison de la source ;
  • Suppression des limites de manquements et durée maximum entre la disparition et la réapparition du signal  ;
  • Changement des limites capacimétriques CEC ;
  • Clarification de l’intervalle de quantification en vidéo sRGB ;
  • Réintroduction sous une forme altérée des commandes CEC de contrôles de minuteurs, ajout des commandes de contrôles audio ;
  • Inclusion des spécifications concurrentes de tests de conformité

HDMI 1.3b

Publié le 26 mars 2007

  • Révisions de conformité. N’a aucun effet sur les fonctionnalités, fonctions ou la performance sur la spécification HDMI 1.3a.

HDMI 1.3b1

Publié le 9 novembre 2007

  • Révisions de conformité qui ont ajouté des caractéristiques pour le mini-connecteur de Type C. N’a aucun effet sur les fonctionnalités, fonctions ou la performance sur la spécification HDMI 1.3a.

HDMI 1.3c (publié le 24 août 2008)

  • Révisions de conformité qui ont changé des caractéristiques pour activer les câbles. N’a aucun effet sur les fonctionnalités, fonctions ou la performance sur la spécification HDMI 1.3a.

HDMI 1.4 (publié le 29 mai 2009)

  • Prise en charge du format des écrans 3D stéréoscopique (officiellement, mais le 1.3 est suffisant pour la 3D 1080i)
  • Retour audio qui permet de s’affranchir d’un câble supplémentaire lorsque l’on veut récupérer sur un ampli AV HD le son émis par une TV HD équipée d’un tuner TNT ou d’un lecteur DVD
  • Support des résolutions jusqu’à 4096×2160 (résolution du 4K) (24 Hz) et 3840×2160 (Quad HDTV) (24 Hz / 25 Hz / 30 Hz)
  • Possibilité de servir de câble réseau avec une vitesse de 100 Mbps
  • Ajout d’espaces colorimétriques comme l’Adobe RGB
  • Nouveau connecteur micro-HDMI pour les appareils portables qui est 50 % plus petit que l’actuel mini-HDMI

HDMI 1.4a

  • diverses améliorations techniques (trames, échanges des données numériques, 3D, etc.)
  • support de la résolution 4K x 2K
  • support de l’Audio Return Channel

La norme HDMI 1.4a nécessite que les dispositifs d’affichage 3D soient compatibles avec le format de configuration 3D aux résolutions : 720p50 et 1080p24 ou 720p60 et 1080p24 et cela conformément au procédé side-by-side (SBS, côte à côte) horizontal soit à 1080i50 ou 1080i60 et au mode « top-and-bottom » (« haut/bas ») soit à 720p50 et 1080p24 ou 720p60 et 1080p24.

Source : Wikipédia

3 thoughts on “HDMImi

  1. Je découvre le blog à l’instant et voilà que je viens d’y passer 20 bonnes mn à flâner !
    Très bon article cette vulgarisation de l’HDMI en tout cas. Et je suis impressionné par ta productivité en terme d’articles/jour !

  2. Et bien si je m’en tiens à al première page, presque tous les posts sont du 2/04, ça en jette ! D’autant plus que c’est pas du microblogging (cf cet article sur l’HDMI).

    A propos, ravis de rencontrer d’autres bloggeurs lyonnais 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.