Pirate(s) : petits risques, gros gains ?

Le terme « pirate » n’évoque plus le fameux pilleur sanguinaire qui parcourt les mers, soit. Mais il évoque de moins en moins le pirate informatique, le hackeur mal intentionné qui récupère des données personnelles ou de l’argent. Conséquences des politiques de répression du téléchargement illégal : les nouveaux pirates sont des citoyens presque comme les autres qui franchissent la ligne jaune d’à peine quelques mètres.

Et ils sont nombreux, dans tous les domaines, à faire vivre ce qu’il est bien pratique d’appeler aujourd’hui le piratage. Téléchargement, traduction de séries, ou encore modification de matériels font partie de leur quotidien. La plupart risquent de sérieux ennuis avec la justice, si ce n’est pas déjà fait, mais très peu comptent aujourd’hui stopper toute activité au nom de la loi. Le piratage serait-il si rentable qu’il génère une telle prise de risques ? Combien gagne un cracker de console, un sous-titreur ou un jailbreakeur ?

>>> Lire l’enquête sur Tom’s Guide

source: Tom’s Guide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.