Copying… penser la copie à l’ère numérique

NDLR: l’article ci-dessous provient de Marc-Aurèle du réseau scolaire Lyclic. Il est sous licence creative commons BY-NC-ND. Vous pouvez également le consulter à la source > http://lyclic.fr/pages/news-lyclic.php?id=17. Bonne lecture !

//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//—//

illustration, manu cornet, fun, class, collective intelligence

« Mais…noooooon !! J’utilisais juste les résultats agrégés de l’intelligence collective de mes camarades !!! »

Auteur : Manu Cornet
http://www.bonkersworld.net

Voici un dessin qui illustre bien un lot de problématiques renforcées par les usages de l’internet : les questions portant sur la propriété intellectuelle et la protection du droit d’auteur. Encore mieux, cela illustre parfaitement ces problématiques prises dans le cadre de l’école. Le seul dépositaire du savoir au sein d’une classe est-il l’enseignant ? Pourquoi recopier mot pour mot le cours du professeur et faire montre d’une grande ingéniosité au moment de copier le cours ou le devoir de son voisin ? Face à la démultiplication des sources et à l’heure de l’organisation en réseau(x), le débat s’impose !

« -Les enfants, vous vous copiez ? »
« -Non maître, on fait un wiki ! »

One thought on “Copying… penser la copie à l’ère numérique”

  1. L'école – et je pense ça depuis très très longtemps – tue la créativité et force les enfants à penser comme leurs ainés et les adultes.

    Avec la guerre, la crise et tout le bordel que les adultes ont mis en place, on est pas près de sortir de tout ledit bordel.

    L'école c'est juste écouter et fermer sa gueule : j'ai eu bien trop peu de profs qui laissaient deviner les équations mathématiques…

    Me souviens d'un prof de math que j'ai eu en 4eme et en 3eme : pour faire le cours sur la trigonométrie, il nous avait fait dessiné 5 triangles rectangles avec les même angles mais de tailles différents.

    Pour chacun d'eux, il fallait calculer le rapport "hypoténuse" sur "coté du bas".

    Et on constatait avec stupeur que les rapports étaient identiques à chaque fois : c'était le cosinus.

    À chaque nouveau chapitre, on commençait avec ce genre de « jeu ». J'adorais ça.

    J'ai plus jamais eu de prof comme lui depuis…

    :-/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.