Le Canard, les barbouzes, les rétro-commissions, et Internet

Ligne J@une : Claude Angeli contre la « société molle »

En affirmant, voici quelques semaines, que Nicolas Sarkozy faisait personnellement espionner des journalistes, Le Canard enchaîné, une fois de plus, a déclenché une belle pagaille au sommet de l’Etat. Démentis en cascade, procès intenté par Bernard Squarcini, soupçon généralisé. Faut-il que l’influence du Canard soit forte, pour qu’un simple coup de palme agite ainsi la fourmilière ! Claude Angeli, rédacteur en chef du Canard, est l’invité unique de Ligne j@une.

Comment travaille Le Canard ? Claude Angeli, rédacteur en chef, passe aux aveux. Et aucune question n’est taboue: Le Canard peut-il être manipulé par des agents de la DCRI ? Ménage-t-il Claude Guéant parce que le secrétaire général de l’Elysée est un de ses informateurs? Pourquoi, dans l’affaire de Karachi, ne croit-il pas aux liens entre l’arrêt du versement des commissions, et l’attentat ? Pourquoi avoir affirmé que l’avion présidentiel « Air Sarko One » était équipé d’une baignoire, alors qu’il ne s’agit que d’une douche ?

Et le compte japonais de Jacques Chirac, à propos, sur lequel le volatile enquêta longtemps sans jamais en trouver les preuves, Le Canard y croit-il encore ? Dernière question: comment le vénérable volatile vit-il aujourd’hui la concurrence des sites Internet ? Surprise : Angeli s’en réjouit.

Rappelant que Le Canard se sentit un peu seul, en 2007, quand un scoop sur les faveurs immobilières dont Sarkozy avait bénéficié à Neuilly n’avait eu quasiment aucun écho.

Source: La Ligne Jaune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.